• Virginie_CP

LA POÉSIE : UN GENRE QUE J'APPRENDS À DÉCOUVRIR

Mis à jour : 17 juin 2019

Des muscles en fer forgé

Nathaël Moisan

Soulières Éditeur


Je n’ai jamais été une grande lectrice de poésie. Suis-je la seule ? Dommage pour moi, vous vous dites peut-être... ;)

J’ai le plaisir, maintenant, de mettre le nez dans des œuvres littéraires variées au cours de ma journée. Je suis très chanceuse ! Entre deux gorgées de café, j’ai consulté le contenu de ma nouvelle bibliothèque. Elle se garnit de plus en plus, et j’adore ça ! Avez-vous une manière efficace pour classer vos livres ? J’ai l’impression que les miens sont sens dessous dessus et qu’ils ne sont pas mis en valeur comme ils mériteraient de l’être. Enfin ! Revenons à nos moutons.

Alors que je cherchais, dans ma bibliothèque, un nouveau livre à lire, je suis tombée sur Des muscles en fer forgé de Nathaël Molaison publié chez Soulières Éditeur. J’ai lu la quatrième de couverture et feuilleté les pages. Recueil de poésie. Je ne sais pas pourquoi, mais j’hésite à commencer ma lecture. Je suis souvent inquiète face à ma compréhension réelle des textes poétiques... Vais-je être en mesure d’apprécier les textes à leur juste valeur ? Ceci étant dit, j’ai mis de côté mes questionnements et j’ai commencé à lire.


Une heure plus tard, ma lecture est terminée. J’ai été incapable de mettre de côté cette œuvre. Des muscles en fer forgé, ce n’est pas le recueil de poésie proposant des vers rythmés comme on pourrait penser que « seuls les poètes savent le faire ». Vers libres, mots judicieusement choisis, force des images. L’entièreté de l’œuvre est d’une sensibilité poignante.


Je mincis comme un acteur à qui on aurait dit joue-moi le cancer je suis une maladie grave un cadavre qui marche

Maxime est un garçon qui en aime un autre, Mathieu. Par ses mots, on comprend sa volonté d’être aimé, et ce, dans son entièreté. Tout simplement. Il s’entraine pour être comme ces géants que sont les hommes si bien qu’il finit par se perdre lui-même, à se sentir disparaitre. Tout bascule lorsque Maxime surprend Mathieu en train de pleurer.

Je ne pensais pas que les géants pouvaient pleurer

Les garçons ont-ils droit à cette vulnérabilité ?

Hymne à la sensibilité, au désir et à l’amour, Des muscles en fer forgé donne une voix à un adolescent qui expose toutes les nuances possibles de la masculinité. Parce que, être un gars, n’est pas simplement synonyme de force et de muscles.


***

Quoi faire en classe ?

L’idée, derrière cette suggestion littéraire, est d’explorer la manière dont Des muscles en fer forgé pourrait s’exploiter en classe. C’est une œuvre qui permet de sensibiliser les élèves au langage poétique afin de les amener, peu à peu, à l’interpréter, à l’apprécier et à y réagir.


Des muscles en fer forgé s’adresse à un public de treize ans et plus et s’insère très bien dans un cursus de la 3e secondaire. Évidemment, elle pourrait être présentée en 4e secondaire si on souhaite faire un retour sur la poésie lyrique avant d’aborder celle dite engagée. Tout dépend de la façon dont vous l’exploitez. Il est possible de travailler l’œuvre dans son entièreté ou de ne sélectionner que des passages marquants.


Quelques idées de pistes d’exploitation :


Découvrir l’identité du personnage :

Un élément distinctif de cette œuvre est que le lecteur ne sait pas, lors de la lecture des premières pages, que le narrateur est un garçon. Le texte pourrait tout aussi provenir des mots d’une adolescente éperdument amoureuse d’un élève de son école. Ainsi, il est possible de demander aux élèves de relever les indices textuels qui permettent de découvrir l’identité du narrateur.


Découvrir le langage poétique :

Ici, il y a plusieurs options. Il est possible de travailler l’association des mots qui créent des images ou de partir à la recherche d’exemple de comparaisons, de métaphore, de répétitions, etc. utilisées par Maxime. On peut, également, avoir comme intention de lecture de reconnaitre les ressources qui créent le rythme (répétition de mots, de structure, de sons, etc.).


Découvrir la vision du monde du poète :

Finalement, on peut tenter de cerner la vision du monde du poète (ex. : l’émotion qui l’habite, le regard qu’il poste sur ce qu’il décrit ou raconte), d’être sensible au concept de « l’adolescence » même et de discuter des stéréotypes associés au genre.

Pour télécharger la fiche argumentaire de l'éditeur.

Pour obtenir une version PDF de la fiche d'exploitation, écrivez-moi. :)




Virginie_CP

Passages pris dans : Des muscles en fer forgé de Nathaël Molaison, Soulières Éditeur, 2018

© 2019 par Virginie_CP