• Virginie_CP

Travailler en réseau autour d’une autrice et d’une illustratrice

J’ai plutôt l’habitude de travailler des albums jeunesse en réseau autour d’un thème ou d’un genre. Aujourd’hui, j’ai décidé de mettre l’accent plutôt sur un duo de créatrices : Astrid Desbordes et Pauline Martin.


Ensemble, elles ont publié quelques albums (Albin Michel Jeunesse) mettant en scène un même personnage, c'est-à-dire celui d’Archibald. Leurs oeuvres ont une portée pédagogique intéressante et méritent d’être lues. Ces albums, que je présente très souvent dans les écoles, sont à ajouter assurément à une bibliothèque d’enseignant.es du 1er cycle du primaire (et à celle des parents!).


Je vous propose quatre oeuvres en particulier parmi celles qu'elles ont publiées. À mon avis, ces quatre titres se démarquent à cause de leur thématique et des pistes de prolongement réalisables (diversifiées et dirigées vers l'interdisciplinarité).

La relation parentale : mère-enfant / père-enfant

Toutes les occasions sont bonnes pour parler de l’importance de la relation entre les parents et leurs enfants : anxiété de séparation, questionnements sur la relation entre les adultes et les enfants, importance de la relation de confiance, etc. Les albums Mon amour et Ce que papa m’a dit sont parfaits pour aborder ce précieux lien.

Dans Mon amour, Archibald demande à sa mère si elle va l’aimer pour toujours. Sa maman lui dit à son oreille un petit secret…

« Je t’aime depuis que je te connais… et même avant »


Sous forme de phrases à structure répétitive, la mère d’Archibald lui dit qu’elle l’aimera, peu importe s’il le voit ou non, s’il réussit ce qu'il entreprend ou non... La grande force de cet album réside dans le choix judicieux des illustrations. En effet, elles permettent de comprendre le sens des phrases. Sans elles, il serait plus complexe pour le jeune lecteur de saisir le sens implicite de ce qu'énonce la mère. Ici, on peut travailler la polysémie des mots et les inférences. En écriture, vous pourriez vous inspirer de la structure narrative afin de proposer une activité « écrire à la manière de ».


Ce que papa m’a dit

Alors que Mon amour met l’accent sur le lien qui unit une mère à son enfant, ce titre fait place à la relation de confiance qui s’est établie entre Archibald et son père.


« Archibald regarde les hirondelles dans le ciel.
Elles vont de l’autre côté de la Terre, explique son papa.
Moi aussi je pourrai aller aussi loin quand je serai grand? demande Archibald. Encore plus loin que ça, répond son papa. Mais si le vent se lève? demande Archibald Si le vent se lève, répond son papa, le vent passera. »

Ayant aussi une structure répétitive, la page de gauche commence par un questionnement d’Archibald engendré par une inquiétude face à l’inconnu. Chaque crainte est introduite de la formule « et si ». Sur la page de droite, son père reprend son questionnement, mais il répond en ayant l'intention d'atténuer l’incertitude de son garçon. Ainsi, au fil des pages, le lecteur a accès au discours rassurant d’un parent face aux inquiétudes de son enfant.


En écriture, il est possible de demander aux élèves d’écrire des questions qu’ils ont et, en groupe, d’y répondre à la manière du père d’Archibald. Pour une lecture interactive clé en main, je vous invite à télécharger celle que j’ai bâtie avec l’aide d’une enseignante.


Face à la situation que nous vivons actuellement, je trouve que la lecture de ces deux albums est d’autant plus pertinente. Elle permet de profiter de beaux moments en famille et d’ouvrir un dialogue positif et rassurant.

Apprendre à se connaitre

Dans Ce que j’aime vraiment, Archibald doit s’avouer à lui-même : le tennis n’est pas un sport pour lui. Mais, que peut-il faire? Sa mère l’invite donc à se questionner et à trouver ce que LUI il aimerait faire comme activité autre que celle de son amie. Il s’agit donc d’une lecture mettant l’accent sur la découverte de soi.


La plus grande pertinence de cet album réside dans le fait qu’Archibald explorera toutes sortes d’activités et de loisirs même si certains d’entre eux semblent plus féminins : danse, théâtre, cuisine, etc.


Par la lecture de l’album, on peut en profiter pour enseigner des notions en lien avec le cours d’éducation à la sexualité : les stéréotypes de genre. Après la lecture, il est possible de demander aux élèves de classifier des activités afin de démontrer que tous peuvent les faire qu’on soit une fille ou un garçon. Vous pourriez aussi vous laisser inspirer par ce que fait Archibald question de varier vos activités de confinement.

Son environnement et celui des autres

Ma maison est la nouveauté d’Astrid Desbordes et de Pauline Martin. Ici, Archibald nous présente sa maison, les pièces qu’il préfère, celles qui lui font peur (surtout la nuit) et explique les raisons pour lesquelles sa maison lui ressemble. Un peu comme pour Mon amour, les illustrations aident beaucoup à la compréhension du texte et donc, il s'agit d'une lecture très pertinente pour travailler les inférences. J’apprécie aussi le fait qu’Archibald se promène d’une maison à une autre afin de présenter où demeurent ses amis. Ainsi, on peut montrer aux élèves que les maisons des uns ne seront pas nécessairement les mêmes que la leur. De belles discussions sur les différences peuvent en découler. En écriture, il est possible de demander aux élèves de décrire la pièce qu'ils préfèrent à la maison, de décrire leur pièce rêvée, de présenter leur quartier (sous forme de communication orale), etc. En univers social, vous pourriez demander aux élèves de dessiner le plan de leur quartier.

D’autres titres ont été écrits et illustrés par ses femmes. Je vous suggère aussi d’aller y jeter un coup d’œil ici.


J’espère que ces idées vous pousseront à explorer ces merveilleux albums!


Virginie_CP

© 2019 par Virginie_CP