• Virginie_CP

Des lectures à saveur halloweenesque ! (spécial infolettre)

Dernière mise à jour : 30 sept.

Mon dieu ! Déjà le mois d'octobre. Mais, qui dit octobre, dit lectures d'Halloween !

Dans cet article, je vous présenterai brièvement ma sélection en lien avec l'infolettre pédagogique de ce mois-ci. C'est partiiiii !


Pour le préscolaire

Enfin ! Une autre histoire mettant en scène la doudou (Les éditions de la Bagnole) ! Mais, cette fois-ci, son aventure se déroule en lien avec la fameuse fête de l’Halloween.

La doudou et Jeanne ont beaucoup de plaisir à regarder leurs voisins et voisines. Que ce soit les deux mamans d’en face (parlons de diversité sexuelle et familiale ici) qui s’amusent à faire les clowns ou la famille des Beauspectacle qui pratique ses pas de danse à l’extérieur, elles adorent les gens vivant dans leur quartier.


Cependant, une famille du quartier fait très peur à la doudou à cause de leurs différences: Les Ogrelet. Selon les dires, les membres de cette famille sont tous très très grands si bien que personne ne les ait vus, mis à part leurs canines pointues. C’est alors que le soir d’Halloween, la doudou devra se rendre chez les Ogrelet, puisque sa chère Jeanne a décidé de s’y diriger afin de recueillir des bonbons.


Outre le fait que cette histoire s’inscrit très bien dans un réseau littéraire autour de la fête de l’Halloween, les thématiques abordées sont tout aussi intéressantes à mettre de l’avant. D’abord, le couple de mamans présent est normalisé dans l’histoire et ne fait pas preuve d’un sujet en soi dans le récit. Ainsi, il est possible de lire un texte aux élèves présentant un contexte issu de la diversité sans pour autant mettre l’accent sur ce dernier. Enfin, les notions de la différence, de la peur de l’autre et des apparences trompeuses sont aussi un angle pertinent à choisir comme intention de lecture avec cet album. Est-ce que la doudou avait raison d’avoir peur ? Avait-elle raison de focaliser son attention sur leurs différences ? Évidemment que non. En bref, cette nouvelle histoire permet de pousser un peu plus la réflexion que les albums précédents, à mon avis, et serait un bel ajout à un réseau littéraire autour de l’Halloween ou des personnages halloweenesques ainsi qu’autour de la différence au préscolaire.


1er cycle du primaire

J’ai décidé de sélectionner un court roman prenant la forme d’une première lecture pour les élèves pour ce niveau. J’ai découvert un peu tard la collection Magique Péri (Albin Michel Jeunesse) et j’aurai aimé mettre la main sur celle-ci plus tôt. Dans ce premier tome, on rencontre Péri, une jeune sorcière prête à tout pour bousculer les traditions familiales. En effet, chaque année a lieu le bal de la Sale-Frousse où tous les personnages issus de sa communauté (spectres, sorciers et sorcières, etc.) s’affèrent à donner une salle frousse aux humains. Toutefois, la jeune Péri trouve cette fête barbare et ne souhaite plus arborer son chapeau pointu, ses ongles crochus et tout le tralala pour effrayer les jeunes. Le problème est que cette attitude constitue une véritable révolution, puisque personne, jusqu’ici, ne s’est révolté contre cette fête.


Évidemment, le sujet et les personnages de l’histoire font en sorte que Magique Péri s’inscrit parfaitement dans un réseau comme celui sur lequel je mets l’accent ici. Je dirais que mon choix s’est arrêté sur cette œuvre à cause de la volonté de la jeune Péri de changer les traditions et de tenir tête aux autres afin de respecter ses valeurs et désirs. On voit, dans un court texte, une jeune fille déterminée et prête à prouver son point aux autres. La finalité de cette première histoire démontre que Péri a bien fait d’écouter son cœur.


2e cycle du primaire

L’an passé est paru le premier tome de la série Aube du monde des rêves publiée chez Presses Aventure. Il s’agit d’une nouvelle série de bande dessinée bien appréciée des jeunes filles récalcitrantes à la lecture.


Bien que l’histoire ne fasse pas mention de l’Halloween ou de personnages halloweenesques, j’ai eu envie de choisir ce deuxième tome notamment à cause de sa couverture et de l’apparition de cauchemars dans l’histoire. Avec les élèves, il serait intéressant de leur demander de relever les éléments qui s’inscrivent dans un réseau sur la peur/Halloween malgré le fait que ce ne soit pas le sujet principal de l’histoire. Ainsi, iels pourront relever des codes graphiques (notamment la couverture) et textuels qui sont récurrents dans les textes qui cherchent à faire peur ou à créer une ambiance inquiétante. De plus, comme il s’agit d’une bande dessinée, il est possible d’aller capter l’attention des lecteurs.trices qui aiment ce genre au lieu que de ne leur présenter des romans dans un réseau littéraire autour des mystères, des monstres ou de l’Halloween.

3e cycle du primaire

Envie d’ajouter des romans de peur/d’horreur/inquiétant dans votre bibliothèque de classe ? Il vous faut absolument des romans de la collection Zone frousse publiée aux éditions Z’Ailées (à noter qu’il y a aussi une collection Zone Frousse pour les adolescents).


Lors de mes dégustations littéraires, je présente aux élèves une section Horreur et inquiétant, puis ce titre se distingue à tous les coups : Le lutin maudit.


Moi qui ai une phobie des lutins, pantins, poupées et tout ce qui s’y rapproche, j’ai dû prendre mon courage à deux mains pour lire ce roman. Bon, évidemment que je n’ai pas eu peur au point de crier, mais je n’ai pas particulièrement aimé mon expérience ! On peut donc dire que l’autrice a réussi son pari. Côté histoire, le narrateur tente de se débarrasser du lutin de Noël que son jeune frère aime tant. Lorsqu’il a l’occasion d’organiser le montage de tous les coups réalisés par le lutin en secret avec l’arrivée imminente de la fête de Noël, disons que notre narrateur en profite pour le faire disparaitre… mais malgré toutes ses tentatives, le lutin ne partira pas de sitôt et en profitera pour se venger.


Ouain, un peu moins mon genre d’histoire, mais les élèves ADORENT !


Pour les autres titres de la collection, cliquez ici.

1er cycle du secondaire

J’ai eu envie de ressortir ce roman qui a été un grand coup de cœur pour moi en 2019 : Celle qui marche la nuit (Albin Michel Jeunesse).


Voici un aperçu de l'histoire :

Malo, 15 ans, vient tout juste d’emménager dans une maison, au milieu des bois, située dans le sud de la France. Terminé la vie mondaine parisienne, les soirées entre amis et les sorties ; Malo se retrouve perdu et seul dans une nouvelle ville qui ne lui plait pas du tout. Puis, qu’est-ce que c’est que cette maison sur la rue des Pins ? Elle ressemble littéralement à une baraque sortie tout droit du film Psychose : bâtisse biscornue en pierre grise avec deux niveaux de toit, perdue dans les bois loin de toute civilisation… Est-ce cette allure lugubre qui provoque ce mauvais pressentiment que ressent Malo ?

L’inquiétude quant à cette nouvelle demeure se confirme peu à peu surtout depuis que sa sœur Jeanne, cinq ans, pousse des hurlements répétés en pleine lune et affirme qu’elle s’est liée d’amitié avec une certaine Pauline... Or, Malo apprend que Pauline est, en fait, une jeune fille ayant déjà habité cette maison, mais qu’elle est portée disparue depuis trente ans déjà… Pourquoi surgit-elle la nuit à travers le mur de la chambre de Jeanne ? Pourquoi demande-t-elle l’aide de Malo ? Lorsque le paranormal rencontre la vie tout à fait normale d’un adolescent...


Ce roman, je l’ai adoré pour la quête d’un équilibre chez les personnages. Je me souviens encore de la description des lieux, de comment ces dernières m’ont permis de me plonger à fond dans ma lecture. Celle qui marche la nuit, c’est un roman frôlant l’aventure, l’inquiétude et le mystère que j’aime présenter à tous les coups aux enseignant.es du premier cycle du primaire. Et la couverture est si jolie, n’est-ce pas?

2e cycle du secondaire

Je terminerai cet article en lien avec l’infolettre du mois d’octobre avec la collection reprenant des classiques de Stephen King, mais adaptée aux adolescents. Neuf romans sont déjà parus jusqu’à maintenant entre autres Le corps dont il sera question ici.


(pour obtenir la liste complète des romans, cliquez ici.)


Étant davantage un roman d’apprentissage que d’horreur, je me suis plus retrouvée, en tant que lectrice, dans cette adaptation qui a été la première à paraitre (en simultanée avec Brume). N’étant pas une amatrice de roman d’horreur, cette lecture a été parfaite pour moi. L’ambiance, le suspense, les propos de jeunes, leur découverte : tout y était pour que je puisse m’imprégner de ce genre littéraire sans pour autant rendre ma lecture pénible. Aussi, comme cette histoire n’est pas trop « intense », je pense qu’elle peut très bien être présentée auprès des élèves du secondaire sans heurter certaines valeurs.


Si vous connaissez de lecteurs.trices ados qui aiment les romans de peur, je vous invite à les diriger vers les autres titres de la collection.


Liste thématique

J'ai déposé une liste comprenant d'autres suggestions de lecture dans la section Thématiques et Catalogues. N'hésitez pas à m'écrire pour avoir plus d'informations sur un ou des livres listés !

Virginie_CP


0 commentaire